top of page

Pays du Moyen-Orient - Les ruines de la Perse antique dans l'Iran actuel

La mort récente du président Iranien Ebrahim Raïssi et du ministre des affaires étrangères iranien remet en lumière, avec une légère teinte d’incertitude, la nation iranienne. La question des influences sur le fonctionnement actuel de l'Iran, notamment le lien intime entre religion et politique, revient sur la table alors qu’un nouveau successeur au Guide Suprême devrait être désigné et remet le fonctionnement interne de l'Iran sous les projecteurs.


Nouveau Spleen vous propose un petit focus sur l'histoire et la culture perse pour finalement proposer une vision spéculative de la situation politique de l'Iran.


 

La Mythologie Perse


La mythologie est une base intéressante du fonctionnement de toute société, son rapport à la collectivité, à la mort, l'économie et bien d'autres domaines qui façonnent toute vie en collectivité.


Pour essayer de la faire courte, la mythologie perse puise ses racines dans deux grandes sources : l'Avesta, le livre sacré du zoroastrisme, et le Shahnameh (Livre des Rois), une épopée écrite par le poète Ferdowsi au Xe siècle.


Quelques figures mythologiques ayant marqué l'Iran actuel


Le système allégorique de la mythologie perse, bien connu de la mythologie égyptienne et de la mythologie grecque, permet d'identifier quelques dieux et héros épiques, ayant laissé une empreinte indélébile dans les mentalité et la sociologie des Iraniens et de leurs ancêtres.

Dieux les plus notables dans la lecture culturelle et sociologique de l'Iran actuel

Ahura Mazda - dieu de la sagesse et de la lumière, représentant du bien - et Angra Mainyu - esprit du mal, représentant des forces destructives et des ténèbres - sont les figures les plus antagonistes de cette mythologie. Ils incarnent une lutte éternelle entre le bien et le mal, qui est le thème central de la religion zoroastrienne. Bien plus prononcée que dans les mythologies précitées ou encore la mythologie sumérienne, plus nuancées sur les figures du bien et du mal.


Mithra - dieu de la lumière et de la justice - et Anahita - déesse de l'eau et de la fertilité - ont quant à eux influencé les pratiques religieuses et les festivals en Iran.

Héros épiques - Rostam


De la mythologie à nos jours - influences de récits épiques


Le Shâhnâmeh, ou "Livre des Rois", écrit par le poète Ferdowsi au début du XIe siècle, est l'une des œuvres les plus importantes de la littérature persane. Son influence sur la culture et la littérature iraniennes est profonde et durable.

Préservation de la langue persane

Le Shâhnâmeh a joué un rôle crucial dans la préservation et la revitalisation de la langue persane après la conquête arabe de la Perse. À une époque où l'arabe devenait dominant, le poème épique a réaffirmé la richesse et la beauté de la langue persane, contribuant à son renouveau et à sa préservation.


Le Shâhnâmeh est également un sujet d'étude important dans les programmes éducatifs iraniens. Les chercheurs en littérature persane et en histoire étudient l'œuvre pour mieux comprendre la culture, la langue et l'histoire de l'Iran. Les étudiants apprennent souvent des passages du Shâhnâmeh, renforçant ainsi leur connaissance de la langue et de la culture persanes.


Influence culturelle, littéraire et artistique

Influence identitaire, politique et morale

Référence politique et morale

Le Shâhnâmeh a souvent été utilisé comme une source de référence morale et politique. Les histoires de justice, de bravoure et de trahison fournissent des leçons et des exemples pour les dirigeants et le peuple. Les valeurs et les idéaux présentés dans le Shâhnâmeh ont servi de guides pour la conduite personnelle et sociale. Une sorte de référence politique et ou tactique comme l'ont été les ouvrages Le Prince de Machiavel - inspirant les souverains et politiques européens, notamment en étant la base de la théorie réaliste des relations internationales - et l'Art de la guerre de Sun Tzu.


Formation de l'identité nationale

Le Shâhnâmeh est souvent considéré comme un pilier de l'identité nationale iranienne. En racontant l'histoire mythologique et historique de l'Iran depuis la création du monde jusqu'à la conquête islamique, Ferdowsi a créé un lien fort entre les Iraniens et leur passé glorieux. Les personnages héroïques, comme Rostam, et les récits des rois et des guerriers ont instillé un profond sentiment de fierté nationale et de continuité culturelle.


Influence religieuse du zoroastrisme

Bien que l'Iran soit majoritairement musulman, les concepts de pureté, de vérité et de dualisme moral issus du zoroastrisme persistent.

Le zoroastrisme est souvent considérée comme l'une des plus anciennes religions monothéistes du monde. Elle tire son nom de son fondateur, Zarathoustra (Zoroastre en grec), qui aurait vécu en Iran il y a environ 3 500 ans.

Principes moraux

Dualisme : Le zoroastrisme repose sur un concept dualiste fondamental, opposant le bien et le mal, comme mentionné plus tôt sur l'antagonisme opposant Ahura Mazda et Angra Mainyu.


Libres Arbitres : Les adeptes du zoroastrisme croient en la capacité de chaque individu à choisir entre le bien et le mal, ce qui influence leur vie sur terre et leur destinée dans l'au-delà. Les bonnes actions sont récompensées par la félicité éternelle, tandis que les mauvaises actions entraînent des conséquences néfastes. Même principe que le karma, en somme


Purification et Rituel : La purification est une partie importante de la pratique zoroastrienne. Les fidèles cherchent à maintenir la pureté physique et spirituelle en pratiquant des rituels tels que les ablutions, la prière et la vénération du feu sacré, symbole de la présence divine.

Pratiques religieuses

Héritage dans l'Iran actuel et religions du monde

Influence de la Perse sur l'Iran actuel
Atar - feu sacré, visible et invisible
 

Préservation d’un patrimoine et d’une histoire prestigieuse


Le gouvernement iranien a adopté plusieurs mesures pour valoriser l'histoire perse et promouvoir son riche patrimoine culturel, afin de renforcer l'identité nationale et de préserver l'héritage ancestral du pays.

Promotion du patrimoine historique

Conservation des sites archéologiques : le gouvernement iranien avait accordé une grande importance à la conservation et à la restauration des sites archéologiques majeurs tels que Persépolis, Pasargades et Suse afin de préserver les vestiges de l'ancienne civilisation perse et les rendre accessibles au public.


Musées et institutions culturelles : des musées et des institutions culturelles sont établis à travers le pays pour exposer des artefacts et oeuvres d'art perses. Le plus notable serait probablement le musée archéologique d'Iran, exposant des vestiges et découvertes relatives à la Perse antique.

Promotion de la langue et de la littérature persane

Célébration des festivals traditionnels

Cinéma, arts et musique


Influences de la Perse antique sur l'Iran actuel
Tachara de Persépolis, ancien palais de Darius Ier.

Néanmoins, les sanctions économiques imposées par la scène internationale a induit des coupes budgétaires conséquentes, au grand dam des trésors patrimoniaux et vestiges de la Perse antique.




 

L'Iran au coeur du tumulte des pays du Moyen-Orient et de la géopolitique globale

En 2024, l'Iran se trouve dans une situation géopolitique complexe, marquée par plusieurs facteurs clés, notamment la mort du président, les défis économiques persistants, les tensions régionales et les négociations sur le nucléaire.


La mort du président a déclenché une période de transition politique et d'incertitude quant à la direction future du pays. Des factions politiques rivales se disputent le pouvoir et l'influence. Les élections présidentielles anticipées pourraient être organisées dans un contexte de contestation et de compétition politique intense. Les factions politiques pourraient être résumées de la manière suivante :

Conservateurs (principalistes)

Les conservateurs, ou principalistes, sont généralement favorables à la préservation des principes de la Révolution islamique et au maintien des valeurs traditionnelles islamiques. Ils soutiennent le Guide suprême et sont souvent sceptiques vis-à-vis des réformes politiques ou sociales radicales.

  • Caractéristiques :

  • Accent sur la préservation des valeurs islamiques.

  • Opposition aux influences culturelles occidentales.

  • Souvent sceptiques ou hostiles aux réformes économiques et politiques libérales.

  • Soutien fort aux institutions révolutionnaires, comme les Gardiens de la Révolution.

  • Groupes Notables :

  • Front de la stabilité islamique : Une faction ultra-conservatrice.

  • Front populaire des forces de la Révolution islamique : Un regroupement de divers groupes conservateurs.

Réformistes

Modérés (pragmatiques)

Indépendants

Factions Elites et Organisations Révolutionnaires

Ces factions et groupes politiques contribuent à un système politique dynamique et souvent conflictuel, où les alliances et les oppositions peuvent changer en fonction des enjeux spécifiques et des événements nationaux et internationaux.

L'instabilité politique suite à la mort du président pourrait entraîner des manifestations et des troubles sociaux, alimentés par des griefs socio-économiques, des demandes de réformes politiques et des divisions idéologiques au sein de la société iranienne. Les groupes d'opposition pourraient chercher à capitaliser sur la situation pour faire avancer leurs revendications.


Analyse de la situation politique interne

Les défis économiques persistants, y compris les sanctions internationales, l'inflation élevée et le chômage, continuent d'exercer des pressions sur l'Iran. La mort du président pourrait accroître l'incertitude économique et affaiblir la confiance des investisseurs, aggravant ainsi les difficultés financières du pays et augmentant les tensions sociales.


Sur le plan régional, l'Iran reste un acteur majeur, mais ses relations avec les pays voisins et les puissances régionales sont marquées par des tensions et des rivalités. Les interventions iraniennes en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen continuent de susciter des préoccupations et de provoquer des réactions de la part des acteurs régionaux et internationaux.


Les négociations sur le nucléaire entre l'Iran et les grandes puissances, notamment les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, se poursuivent, mais dans un climat d'incertitude accrue en raison de la situation politique instable en Iran. Les pourparlers visent à relancer l'accord nucléaire de 2015, mais des obstacles subsistent, notamment des désaccords sur les conditions de levée des sanctions et sur les garanties de conformité nucléaire de l'Iran.


Malgré les défis internes et externes, l'Iran continue de chercher à renforcer son influence régionale et internationale, en s'appuyant sur ses alliances stratégiques avec la Russie et la Chine, ainsi que sur son rôle de pivot dans la géopolitique au coeur des pays du Moyen-Orient. Cependant, la mort du président pourrait perturber temporairement les plans de l'Iran et donner lieu à des ajustements dans sa stratégie diplomatique et ses relations extérieures.


 

Scénarios possibles pour les élections à venir

Les prochaines élections anticipées en Iran pourraient déboucher sur plusieurs issues probables, en fonction des dynamiques politiques, sociales et économiques du pays.

Victoire d'un candidat de la ligne dure

Il est possible qu'un candidat de la ligne dure, soutenu par les factions conservatrices et le Corps des Gardiens de la Révolution, remporte les élections. Cela pourrait conduire à une consolidation du pouvoir par les éléments les plus conservateurs du régime et à un renforcement des politiques nationalistes et autoritaires. Dans ce cas, on peut s'attendre à une continuation ou même à une intensification des politiques actuelles en matière de sécurité intérieure, de contrôle des médias et de répression des mouvements d'opposition.

Victoire d'un candidat réformiste ou modéré

Election d'un candidat indépendant ou de compromis

Election d'un président sans mandat clair

Contestation électorale et instabilité


La position de Guide Suprême

Cette position trouve ses origines dans la Révolution islamique de 1979, qui a renversé le régime du Shah d'Iran et a établi une république islamique dirigée par l'Ayatollah Ruhollah Khomeini.

Le Guide suprême détient un pouvoir considérable en Iran, à la fois sur le plan religieux et politique :

  • Autorité Religieuse : Le Guide suprême est le plus haut dignitaire religieux en Iran et est considéré comme un chef spirituel incontesté pour les chiites duodécimains.

  • Pouvoirs Politiques : Il a une autorité considérable sur les affaires politiques et gouvernementales en Iran. Il a le pouvoir de nommer le chef du pouvoir judiciaire, les membres du Conseil des gardiens, et le commandant des forces armées.

  • Surveillance et Contrôle : Il supervise également les politiques nationales et étrangères, tout en exerçant une surveillance étroite sur les institutions politiques pour garantir qu'elles sont conformes aux principes islamiques.


Le processus de succession est réglementé par l'Assemblée des Experts, qui est chargée de choisir le prochain Guide suprême en cas de vacance de poste. Le successeur attendu ayant péri dans un crash d'hélicoptère - liant tragiquement son destin à Daniel Balavoine pour l'anecdote.

La position du Guide suprême en Iran est souvent sujette à des débats et des contestations, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Il existe, au sein de la société iranienne, différentes opinions sur son rôle et son pouvoir. Les réformistes remettent en question son autorité et son influence politique, plaidant la cause d'une démocratisation plus poussée de la nation et un élargissement des libertés civiles. A l'international, cette position est surtout contestée pour les enjeux d'applications des droits de l'Homme, les libertés civiles et les politiques étrangères de l'Iran. Les sanctions et pressions diplomatiques appliquées à l'encontre de l'Iran sont, pour partie, appliquées en raison des actions et politiques menées par le Guide Suprême.


 

L'Iran se démarque largement sur la scène internationale, tant par son attachement aux vestiges de l'Empire Perse que par ses politiques tranchées. Le dualisme ancré dans les esprits des Iraniens les rend obstinés dans leur lutte pour le bien, de quoi s'interroger sur leur positionnement tranché dans les politiques étrangères, notamment leurs ambitions au Moyen-Orient, la promotion du chiisme dans un contexte sunite et le nucléaire.


Si leur combat est juste et outrepasse les intérêts économiques, l'escalade du conflit est inévitable et les poussera à reproduire l'antagonisme mythique entre Ahura Mazda à Angra Mainyu - Angra Mainyu étant, évidemment, les Etats-Unis et ses soutiens.


Influence de la Perse antique sur l'Iran actuel
Palais du Golestan - Téhéran

4 vues

Commentaires


bottom of page