top of page

Prédateur

Dernière mise à jour : 11 août 2021



Il regardait de ses yeux pénétrants l'horizon artificiel L'horizon qu'on lui avait volé La beauté qu'on lui a enlevé à lui et ses frères Quand il mangeait la brebis, Nous mangions sa vie Quand il courait sous la pluie Nous tuions sous les parapluies. Les feux des canons mêlés aux complaintes des innocents Les loups, les lapins, les oiseaux ne faisaient qu'un Pendant que les Hommes, se volaient les carcasses. Le feu ardent se déclenche, la mer se déchaine. Dans les villages comme dans les plaines, Les animaux comme les Hommes ont un coeur. Dans les maisons comme dans les forêts, Les animaux comme les Hommes ont une peur. Sous le pelage comme sous l'attirail, Les animaux et les Hommes ont une âme. Nous rejetons l'Homme qui tue Mais nous bénissons celui qui chasse. Nous ne connaissons pas l'animal qui tue, Mais nous haïssons celui qui chasse.


 

Retrouvez d'autres oeuvres originales de Nouveau Spleen sur Short-Edition !


Soutenez-nous sur Ulule en appuyant sur le bouton juste ici



Commentaires


bottom of page