top of page

Amalina

Maline Amalina, tête penchée sur ses questions

Elle regarde le ciel de ses yeux grands émerveillés

Consumée de ses idées encore vacantes,

Elle ère avec douce ignorance. Pauvre, pauvre jeune fille au malheur asservi

À sa bêtise et à la joie plaisante mais insolente

De ses maigres connaissances.


Maline Amalina, tu ne t'en rends pas encore compte

Mais ta main déjà s'entache au rythme des mouvances.


Tête baissée sur les empreintes que tu laisses sur le sable

Tu ne vois pas déjà le chemin que tu as foulé ni planifie ton trajet.


Balancée en deux foulées, tes pas déjà

Piétinent et ravagent.


Ton joli rire, tu ne le sais pas encore,

Tonne et assaille

De l'autre côté de la plage.


Maline Amalina, tu ne t'en rends pas encore compte

Mais ta main s'entachera par tes propres pas.


- Spleeneuse



Commentaires


bottom of page